« A la Toussaint, le froid revient Et met l’hiver en train «

Novembre a mauvaise réputation : déjà ancré dans les jours les plus sombres de l’automne de l’hémisphère Nord, il succédait, dans l’Antiquité, aux festivités joyeuses du 8ème mois de l’année où, depuis les pays celtiques au bassin méditerranéen, on recueillait les fruits et moissons du printemps et de l’Eté précédent. Novembre représentait une « vacance » après les  banquets et festins d’Octobre dédiés à la satisfaction des greniers bien remplis jusqu’à l’arrivée du Printemps suivant.

On profitait donc de ce mois pour rendre hommage aux défunts et aux mannes des guerriers ou esclaves sacrifiés.

les enfants nés en Novembre sont d’une intelligence exceptionnelle mais leur instinct morbide les porte vers la pensée négative, avec une tendance à la violence refoulée.

Les unions, mariages, sont rares en ce mois de Novembre, peut-être pour donner raison au dicton :

« Mois des morts,

Noce mortelles » 

                             

L’Arbre du Mois : le Palmier   

Celui d’Egypte, de Babylone et de Mésopotamie était particulièrement utile aux hommes : ils lui attribuaient 360 usages !

Quelques uns parviennent jusqu’à nous :

– en vannerie, les feuilles permettent de réaliser des cordes, des nattes et des corbeilles

– dans l’alimentation, et même en survie en milieu désertique, ses fruits. Vert, le noyau blanc est comestible. Mur, sa saveur est sucrée est sert aussi à réaliser une boisson.

l’arbre rend accueillants les jardins et les oasis, et les dote d’une grande fécondité.

L’écorce du fruit peut être pilée et vendue sur le marché pour en extraire un jus marron et sucré.

– les cérémonies de mariage ornent la façade de la maison d’un arc de palme en signe de réjouissance.

Le tronc du palmier Doum est fréquemment utilisé dans la construction comme colonne pour soutenir les toits.

les restes de fruits peuvent servir de combustible

– On fabrique des instruments de musique avec le bois

Le palmier Doum, en Egypte, se fait aussi plus intime pour soigner les maux d’oreille par une décoction des feuilles. Celle-ci ,dans un tout autre registre, était utilisée comme encre dans le cadre d’une recette magique part les Prêtres. Les fruits ou noyaux étaient déposés dans les sépultures comme offrandes.

Dans notre civilisation dévastée par la pollution, Le palmier d’Arec absorbe les nuisances volatiles :

Ses atouts : Il permet d’absorber les composés toxiques émanant des désodorisants, de la fumée de cigarette, des fenêtres en PVC, du papier peint et de la moquette collée, des rejets de gaz automobiles,et le xylène que l’on trouve à l’état naturel dans le pétrole et le goudron.

Plébiscitée  encore voici peu, tant dans l’alimentation que pour les soins du corps,  des cheveux, l’Huile de Palme est aujourd’hui décriée et souvent retirée des produits alimentaires  pour son taux élevé de graisse.

La Fleur du Mois – l’Amarante –

Symbole d’immortalité et de gloire militaire, la fleur d’amarante promettait à ceux qui en portaient la protection de leurs supérieurs.

Cette plante aux fleurs rouges ou orangées, parfois surnommes «  queues de renard » comprend une soixantaine d’espèces annuelles ou vivaces réparties un peu partout dans le monde: Amérique, Asie, Afrique,  et les graines recueillies ont fait office de plantes comestibles à travers les siècles. Certaines espèces sauvages sont encore consommées durant les périodes de grande famine en Inde.

Facile à cultiver, elle était – est encore -consommée sous forme de farine  grillée et éclatée comme du maïs soufflé, le feuillage et les tiges comme légume vert, à la façon des épinards.

Les Mayas lui attribuaient déjà des propriétés curatives. Le feuillage était aussi utilisé comme fourrage. Durant la conquête espagnole, Hernán Cortés en interdit la culture, car elle était le symbole de l’immortalité, dédiée aux morts et liée aux sacrifices. Il en exigea sa destruction.

Aujourd’hui, les graines sont aussi utilisées dans la fabrication de cosmétique, et comme colorant. C’est une plante que l’on est en train de redécouvrir. Elle est devenue très recherchée dans les magasins bio.

L’extrait de graine d’amarante, est un  anti-inflammatoire puissant qui soigne les peaux sèches, le psoriasis et l’eczéma sec.

Couper soi-même une fleur d’amarante est un gage de chance, de bonheur et de prospérité si on la fait sécher sans faire tomber le moindre pétale ; à conserver ensuite dans une boîte, dans sa chambre.

La Plante du Mois – le Houx –

Chez les Romains, des couronnes de houx étaient offertes aux jeunes mariés en signe de bons voeux et de félicitations. Pour les Grecs, le houx conférait la prévoyance.

Le houx est aussi depuis fort longtemps un symbole sacré. Les druides croyaient que le soleil ne quittait jamais les plants de houx (le houx d’Europe ne perd pas ses feuilles en hiver comme la majorité des plantes). En décorant les habitations de branches de houx, les esprits de la forêt pouvaient y trouver refuge pendant les rigueurs de l’hiver. Le houx était donc une plante sacrée. Dans la langue anglaise, le houx se dit «holly» et l’on croit que ce mot résulterait de la déformation du mot «holy» (saint).

Avec ses feuilles épineuses, le houx est censé repousser  les mauvais esprits, entre autres, les sorcières et les foudres du ciel.

Étrangement, on retrouve aussi cette croyance chez certains Amérindiens de l’est de l’Amérique du Nord qui plantaient du houx près de leurs habitations. Ils avaient, de plus, découvert une méthode de séchage des baies qui en préservait toute la brillance et la rondeur. Elles servaient à la décoration des vêtements et des cheveux ainsi que de monnaie d’échange avec d’autres peuplades chez qui le houx ne poussait pas à l’état naturel.

Des rameaux de houx peints sur des objets ou brodés sur des vêtements étaient signe de chance. Pour les guerriers amérindiens, la plante entière avait force de symbole : la rigidité de son bois représentait leur résistnce, les épines leur férocité, et la longévité des feuilles, leur résistance, les épines leur férocité, et la longévité des feuilles, leur courage face à l’ennemi

L’Animal du Mois – la Biche

La biche représente la douceur, l’innocence, la faculté d’écoute, la grâce et la connexion à la Déesse des Forêts et de la Chasse, – Artémis, chez les Grecs, Diane chez les Romains -,  toujours représentée avec le gracile animal  à ses côtés.

Considérée comme un totem important, tant dans la civilisation européenne que dans la civilisation amérindienne ou africaine, elle incarne la capacité à donner sans attendre en retour, à faire des sacrifices.

La biche est la gentillesse et l’amour inconditionnels. Elle ne fait pas la différence entre le bien et le mal, ce qui est clair et sombre.

Si vous rêvez d’une biche, celle-ci vous dit qu’il faut accepter les faiblesses des autres et les aimer. La biche nous enseigne aussi qu’il ne faut pas se laisser influencer par des personnes mal intentionnées ou des situations négatives. Il faut rester confiant, et les aspects négatifs se dissiperont. 

Un peu de poudre grattée sur la corne d’un sabot de biche, séchée sur des feuilles de laurier, conservée dans un médaillon porté à même la peau,  apporte la paix et la fécondité dans un ménage. 

Le Poisson du Mois – La Raie –   

Cousine du requin ,sa grande envergure et la largeur de ses ailes lui a donné son nom « manta  « – couverture en espagnol -Particulièrement pacifiques, les seules à vraiment se défendre sont la raie électrique (qui envoie une décharge si on l’ennuie), et la pastenague (qui est munie d’un éperon venimeux à l’extrémité de sa queue).

Ses seuls véritables prédateurs sont l’orque et…l’homme qui, désormais, la protège et profite de sa beauté et de son gigantisme tranquilles pour attirer les touristes adeptes de la plongée sous-marine.

En symbolique générale: la raie est un symbole de liberté, d’indépendance, d’une grande douceur et sagesse, âme paisible et puissante au fort pouvoir d’attraction.


En Polynésie, elle est  le symbole du passeur d’âmes, du royaume des vivants à celui des morts,  elle représente l’humilité.

Pour se faire peur, les plongeurs racontent que les raies aiment se poser au sommet de leur crâne (ce qui est vrai), et qu’elles peuvent replier leurs ailes pour les étouffer (ce qui est faux).

Si  une raie manta nous apparaît en rêve, il faut y prêter attention : c’est un messager très rare dont les apparitions nous invitent à voir en nous et à travers nous avant de regarder au dehors.
Elle est utilisée en médecine traditionnelle chinoise où la raie manta (notamment ses branchies) est réputée traiter des maladies et infections ; du rhume… jusqu’au diabète.

Elle est aussi l’animal qui représente le reiki de la lymphe.

Le Métal du Mois – le Bronze

Savant dosage de cuivre, d’arsenic et d’étain, le bronze est d’abord utilisé dans pour la fabrication des armes, des objets courants car résistant au feu et à l’eau, des ornements de décoration pour la noblesse ou les Prêtres. Son âge d’or date de l’Egypte ancienne, de la Chine, et de l’Europe antique, 3000 ans avant notre ère.

Statues, vases, nous restituent aujourd’hui l’utilisation omniprésent du savant alliage. Plus tard, vers 300 avant JC, on frappe les monnaies en bronze, surtout au Proche-Orient, car sous l’Empire romain, on utilisait plutôt de l’or et de l’argent. Plus près de nous, en Europe, les sequins espagnols sont frappés en bronze                     

Les Vikings du Nord eux aussi, l’utilisaient pour des rituels ou des sacrifices et, également pour l’usage quotidien : rasoir, couteau, ustensile pour la cuisson des aliments.

Métal de « l’Amour-gentillesse », il a la propriété de réunir, de mélanger, les hétérogènes, ce qui est distinct.
Métal de l’enthousiasme, de l’union « aimable » des opposés, du mouvement perpétuel.
Porter du bronze, c’est augmenter son charme


Pour les Irlandais, il symbolisait la force militaire, mais on retrouve sa trace dans le palais de Fama, la Déesse de la renommée dans la tradition grecque.

Tout de bronze, ce palais était non seulement aussi brillant que si on l’avait construit en or mais la résonnance du bronze permettait à la déesse de surveiller les allées et venues en permanence.

Cette légende utilise la propriété bien connue du bronze : la sonorité; de là, son usage pour fabriquer les fameuses cloches…mais, dès le haut Moyen-Age, aussi…des canons.

La Pierre du Mois –  la Topaze Bleue –

On confond souvent la topaze bleue avec l’aigue-marine, surtout quand elle est facettée pour la joaillerie. Au Brésil, les petits marchands des rues en ont fait une spécialité pour abuser les touristes candides. Il est vrai que, sur le plan énergétique, la topaze bleue a des vertus proches, bien qu’elle soit moins puissante.

Un cristal brut de topaze bleue naturelle est généralement d’un bleu très pâle et sa forme de cristallisation ne saurait être confondue avec celle de l’aigue-marine. La topaze bleue naturelle est une denrée rare !

             

 Sur le Plan physique :
Elle favorise un sommeil calme.
Elle est relaxante et apaisante.
Elle stabilise les surdités évolutives

Ses vertus nettoyantes et purificatrices sont très utiles dans les soins à donner à la gorge et pour équilibrer le système nerveux.

Sur le Plan émotionnel et psychique :

C’est une pierre recommandée pour les artistes, car elle a pour effet de se charger d’une grande force magnétique, qui permet d’entreprendre une oeuvre et bénéficier d’une inspiration sans égal.

Sur le Plan spirituel :

La topaze bleue représente le bleu du ciel de l’éternité et de ses vibrations émanent toute la clarté et la pureté de la recherche spirituelle.

Elle a également une double aptitude: c’est un émetteur-récepteur d’énergie magnétique.