Halloween

Halloween

C’était autrefois une fête religieuse. Halloween, mot anglais, est l’abréviation de All Hallow’s Eve, c’est à dire «  La veille avant la Toussaint «  (Hallow venant de Holy :saint). Elle a pourtant une source païenne : une ancienne fête celte en l’honneur du Samhain, dieu de la mort et une fête romaine en l’honneur de la déesse des fruits et des arbres Pomona.

Fruits et légumes, dont la citrouille, mûrs et cueillis dès la fin de l’Eté,  représentent les moissons fructueuses et la corne d’abondance, qui permettent d’aborder l’Hiver avec une maison et un grenier bien garnis, où les réserves sont abritées

Les couleurs d’ Halloween, noir et orange, combinent les deux thèmes : Mort/Hiver et Moisson/Vie.

L’ habitude de se déguiser en fantômes vient des Celtes qui, autour du feu allumé par les druides pour guider les esprits, s’habillaient d’ horribles et effrayants vêtements de façon à ce que les démons les prennent pour d’autres démons et ne leur fassent pas de mal. On prétendait qu’à cette soirée, les fantômes sortaient de leurs tombeaux et que les sorcières chevauchaient à travers les airs des balais ou des chats noirs.

Dans un état d’esprit moins mystique et plus pratique, les paysans celtes allumaient au bout de leurs champs, en guise d’offrandes matérielles et selon leurs moyens, des feux permanents qui brûlaient jusqu’en milieu d’Hiver autour desquels il rassemblaient les fruits, légumes, épis séchés et comestibles après le Regain : pour éloigner les mauvais esprits, invoquer les puissances célestes de leur épargner un Hiver trop rigoureux et, bien souvent, au fil des invasions barbares, offrir des gages de paix pour épargner les biens principaux de leurs familles des Hordes du Nord  qui sillonnaient l’Europe

La citrouille creusée en lanterne vient aussi des Celtes. Les Anglais et Irlandais creusaient les betteraves, les pommes de terre et les navets pour faire des lanternes d’Halloween.

Cette coutume a gagné les États – Unis, où l’on a alors utilisé les citrouilles sur place, en abondance. On raconte qu’un Irlandais répondant au nom de Jack ne pouvait aller au ciel, après sa mort, parce qu’il avait été trop avare.

Il ne pouvait pas non plus aller en enfer, car il avait fait de mauvaises plaisanteries au diable. Il fut donc condamné à errer tout autour de la terre avec sa lanterne, à qui il donna son nom : Jack O’Lantern

En Angleterre, Halloween était autrefois appelé « la nuit du casse-noisettes » ou « la nuit de la pomme croquante ». Les familles réunies autour du feu racontaient des histoires tout en mangeant des noisettes et des pommes.Ce jour-là, les pauvres recevaient des gâteaux faits de farine de blé ou de froment appelés « les gâteaux de l’esprit »

Aujourd’hui, Halloween est essentiellement la fête des enfants. Ils se déguisent, encore en diables, fantômes, sorcières, vampires, et squelettes, etc… Les maisons sont décorées aux fenêtres et aux portes, toujours en rapport avec la coutume, de chauves-souris, chats noirs, hiboux, sorcières, mais surtout de potirons sous toutes ses formes.

Les enfants, en groupe, vont de portes en portes, réclamant bonbons et friandises. Et gare à celui qui refuse… Les bons petits diables se vengeront avec toutes sortes se plaisanteries comme savonner les fenêtres, écrire sur les murs, retourner les poubelles, tirer les sonnettes… 

Dans les grandes villes, où l’on ne se connaît guère entres voisins, on a plutôt coutume de faire des réunions familiales ou amicales, alors que des feux de joie ; des défilés costumés et des danses sont organisés.

Halloween est beaucoup plus célébré aux États-Unis qu’en Grande-Bretagne, mais au fil des modes et selon les pays, retrouve un regain de popularité grâce aux déguisements et aux gourmandises associées !